Motion de la conférence de section des communistes de la cinquième circonscription du Nord _ Seclin les 15 et 16 novembre 2008

Motion de la conférence de section des communistes de la cinquième circonscription du Nord  _ Seclin les 15  et 16 novembre 2008

 Pour un Parti Communiste Français  offensif, fraternel et constructif

Les communistes de la 5ème circonscription du Nord réunis en conférence de section ont pris acte du résultat de la consultation des textes préparatoires au 34ème Congrès. Comme dans le département du Nord, la base commune a été rejetée majoritairement par les militants communistes des cantons de Seclin Nord, Seclin Sud et d’Haubourdin.

De ce fait ils considèrent que la base commune est inamendable.

Ni sectaires ni archaïques, les adhérents, forts de leur expérience de terrain, affirment à travers ce vote qu’ils ont de l’ambition, et qu’ils sont attachés aux valeurs du Parti Communiste Français : être utile au  le peuple de France.

Cela doit se traduire par :

- un vrai projet communiste pour changer la société capitaliste,

- un parti au plus près des préoccupations populaires,

- des directions locales, départementales et nationales  audibles qui impulsent une ligne politique claire et ambitieuse,

- Une volonté de changer les statuts pour une réelle démocratie interne,

- le refus des tendances,

- la construction d’un nouvel internationalisme,

Il s’agit de porter un espoir à construire sur des bases révolutionnaires de notre temps… Voilà l’aspiration profonde des communistes de notre secteur.

Vouloir un monde nouveau, le construire au quotidien

Il est grand temps d’affirmer que le capitalisme, qui porte le désastre, relève de la préhistoire de l’Humanité. En effet, quelle est la morale et la justification d’un système mondial dont le seul objectif est de se préoccuper de la finance et non des Hommes ?

Le système capitaliste dévoile au grand jour sa véritable nature au travers, notamment, de la crise financière. Cela se traduit par des émeutes de la faim aux quatre coins de la planète. Nous sommes face à une paupérisation grandissante où  de plus en plus de salariés et leurs familles, y compris en France, sont amenés à survivre ! Les entreprises privées ne cessent de délocaliser mettant ainsi des milliers de salariés sur le carreau. Les services publics sont liquidés au nom des directives européennes transposées au plan national par tous les gouvernements qui se sont succédés depuis 1992 (depuis la mise en place du Traité de Maastricht).

Observons ce qui bouge dans le monde : des peuples résistent et explorent des voies originales d’alternative au capitalisme (Bolivie, Venezuela, Cuba, Brésil…). Les valeurs et les idéaux du socialisme et du communisme sont plus que jamais d’actualité.

Nous refusons de sombrer dans le fatalisme et le renoncement.  Au contraire nous sommes convaincus qu’il existe une alternative politique pour mettre fin au système capitaliste. Nous considérons que le « dépassement du capitalisme » est une notion abstraite qui  n’est pas de nature à mobiliser les victimes de ce système. Nous proposons l’abolition pure et simple du capitalisme, et la construction d’un rassemblement populaire majoritaire pour aboutir à une autre  société fraternelle, juste et solidaire : une société communiste.

Un nouveau projet, un nouveau chemin pour le changement

Nous devons affirmer notre originalité, être visible, ne pas accepter les compromissions et garder le cap du combat anticapitaliste pour replacer l’Homme au cœur de nos préoccupations

Le Capital de Marx n’a rien perdu de sa pertinence !

Sifflons la fin de la récréation, il est urgent de travailler à l’unité du parti et à la mobilisation de toutes nos forces militantes. Le Parti Communiste Français n’a pas pour vocation de tirer toute la gauche, nous devons être porteurs d’un projet communiste progressiste. Revenons à nos fondamentaux avec la volonté du rassemblement populaire au plus près des préoccupations quotidiennes : emploi, salaire, santé, logement… L’avenir n’est pas dans une répétition des collectifs antilibéraux concoctés avec les partis ou groupuscules politiques, mais bien dans une construction permanente avec le peuple. Il faut tirer les enseignements des périodes passées et ne pas réitérer les stratégies calamiteuses qui nous ont progressivement amenés à ne plus parler en notre nom propre et de ce fait, ont jetés le doute dans la population qui a intégré le Parti Communiste Français comme une « tendance » de la gauche, représentée, pour le peuple de France par le Parti Socialiste. Notre action principale, ne réside pas dans la recherche systématique de l’union à n’importe quel prix. Cependant, nous pensons que les accords électoraux sont nécessaires pour accéder à des responsabilités mais à condition de préserver notre autonomie et notre expression propre. Nous ne pouvons accepter les alliances douteuses. C’est pourquoi, pour la constitution des listes électorales  européennes, nous refusons de partir sur la même stratégie qui a animée la campagne « Bouge l’Europe ». Nous demandons  que dans les régions où nous avons des députés sortants, les têtes de liste soient des candidats communistes, notamment Jacky HENIN pour la grande région nord. .

L’Europe et l’internationalisme

Nous voulons confirmer le Non au Traité Constitutionnel Européen, auquel nous avons largement contribué, et travailler à la construction de coopérations pour promouvoir une Europe des peuples. Au lieu de s’enfermer dans une petite gauche européenne plus ou moins réformiste, le Parti Communiste Français devrait également être le fer de lance en Europe de la coordination des mouvements de résistance au capitalisme. Il faut rompre avec la construction d’une Europe supranationale et nationale. Reconquérons la souveraineté nationale et impulsons les luttes sociales et démocratiques.

Renouons avec la Solidarité internationale et notre combat pour la paix et le désarmement. Ce sont deux aspects structurants et identitaires de l’histoire du Parti Communiste Français.

La jeunesse

Il nous faut également réaffirmer la nécessité de développer, à nos côtés, un grand mouvement de jeunesse communiste, la  jeunesse communiste étant l’organisation la plus apte à répondre aux problématiques de la jeunesse.

La formation et la presse communiste

Dans la bataille idéologique quotidienne, nous mesurons l’importance de permettre à tous les adhérents de bénéficier d’une formation politique. Il faut revenir à des pratiques de formation systématiques. Dans ce cadre, la bataille pour le développement de la presse communiste est un acte majeur.

Il faut s’en donner les moyens !

Les communistes de la 5ème circonscription notent les insuffisances des directions du Parti, et ce à tous les niveaux, des cellules jusqu’au Conseil national, et souhaitent qu’elles retrouvent l’esprit offensif nécessaire à l’animation de la vie du Parti. Le Conseil national doit retrouver un rôle de direction et pas de simple club de discussion où chacun s’exprime trop souvent en son nom personnel sans esprit de réflexion collective débouchant sur des propositions concrètes d’action.

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :